ESI : Trois tendances du management décryptées

L’ESI International, un des plus gros organisme de formation et de certification des chefs de projets, publie chaque année les 10 tendances du management. Parmi ces tendances, 3 ont retenu notre attention. 

Le développement des outils de gestion de portefeuille projet (GPP)

Compte tenu de la multiplication des projets dans les entreprises, ainsi que de leur nature complexe (projets lean, agiles, cycle en V, etc.), l’ESI note que de plus en plus d’entreprises utilisent des outils de GPP pour piloter leur activité. Certaines peuvent même en utiliser deux (due à la complexité des indicateurs, aux plannings non hétérogènes etc.). L’ESI a donc décidé d’accentuer la formation sur ce type d’outil.

L’avis de nos experts intra’know : « Aujourd’hui, on constate effectivement le développement de projets complexes, sur des temps plus longs, impliquant plusieurs types de ressources différents, avec un fort besoin de communication. Pour un directeur de projet qui doit suivre correctement l’ensemble de ces projets, une des clés pour réussir, c’est cadrer. Quels que soient la méthode utilisée, les indicateurs à remonter, la longueur ou l’ampleur du projet, il faut cadrer. Les développements de la gestion de portefeuille projet dans intra’know vont dans ce sens. Le gestionnaire de projet doit pouvoir cadrer son projets, connaitre son état d’avancement rapidement, configurer ses indicateurs et les partager/communiquer facilement avec ses équipes. L’objectif de la gestion de portefeuille projets, c’est de donner de la visibilité, de casser les silos et de permettre aux équipes d’adopter un meilleur fonctionnement transversal, surtout lorsqu’elles sont amenées à collaborer entre elles ». 

Le développement de l’apprentissage en ligne

« Que çà vous plaise ou non ! » précise l’article de l’ESI. Pour quiconque, la formation est un temps de respiration dans l’entreprise. Il permet de se sortir la tête du guidon, de prendre du recul sur son activité tout en apprenant de nouvelles choses. Les technologies et les usages évoluant assez rapidement il est devenu nécessaire de former régulièrement ses salariés. Mais l’entreprise ne dispose pas toujours du budget pour financer une formation « in vivo ». La solution ? La formation en ligne. 

L’avis de nos experts intra’know : C’est vrai. Je trouve l’offre actuelle en terme de formation en ligne plutôt mature. Si au départ on pouvait penser qu’une formation dans une « vraie salle de classe » était forcément plus efficace qu’une formation virtuelle, on voit que les usages ont évolué. Nous allons tous chercher naturellement de l’information sur Internet : en regardant des vidéos, en lisant des blogs spécialisés, ou en suivant des webinars etc. Avec l’apparition des MOOC, on change même d’échelle ! On y gagne aussi en interactivité. La plateforme intra’know n’a pas pour vocation à supplanter un système de MOOC mais doit plutôt être considérée dans ce cas là comme un outil de partage. Partage de connaissance (en diffusant aux autres des documents, des points de vue, des vidéos de formation). Partage de référence aussi. J’entends par partage de référence la volonté de mettre tout le monde au même niveau d’information. La plateforme dispose d’une fonctionnalité intéressante qui permet de savoir qui a lu (ou non) une source dans la base de connaissance. C’est un moyen pour contrôler que tout le monde en est au même point sans pour autant être intrusif (chacun peut aller à sa vitesse). On est aussi en train d’intégrer un agent virtuel à la plateforme qui pourrait s’avérer utile, par exemple, lors l’onboarding (parcours d’entrée) d’un nouveau collaborateur. 

Le manque de « leadership »

L’ESI note la difficulté à mettre en place des méthodes de management vraiment efficaces. Les chefs de projet sont-ils suffisamment formés ? Les structures sont-elles trop complexes ? N’attendent-elles pas trop de leurs salariés ? Si le recrutement de chefs de projet qualifiés est une véritable préoccupation pour les entreprises, elles espèrent également trouver des âmes de leaders. « Un leader sait ce qu’il faut faire ; un manager sait seulement comment le faire » (Keneth Adelman, diplomate américain).

L’avis de nos experts intra’know : Là encore on est complètement aligné avec cette idée. Vous savez, quand j’ai de la difficulté à gérer un projet, je repense à Usain Bolt, le sprinter. Pour lui, tout a l’air facile. Ce qu’on ne voit pas, ce sont les années pendant lesquelles il a répété ses fondamentaux. C’est en pratiquant, en travaillant, en se formant qu’on s’affranchit petit à petit de la technique. C’est avec la maîtrise que le leadership apparait.  

Pour lire l’intégralité de l’article de l’ESI (en anglais) c’est ici.