Manager l’innovation !

L’innovation est devenue ces dernières années un enjeu clé permettant de pérenniser les PME. Quel que soit le domaine, bien manager cette innovation permet de développer des axes différentiels vis-à-vis de la concurrence, avantages qui seront demain déterminants.

Evolution du contexte international


Face à l’évolution du contexte international et à la montée en puissance des deux pôles économiques émergents (la Chine et l’Inde), l’entreprise doit, pour pouvoir assurer sa pérennité, pouvoir s’appuyer sur des points clés qui lui permettront de développer des avantages concurrentiels. La proximité, la qualité de produit et de service, la réactivité sont des positionnements souvent déterminants dans la construction de la relation client. L’innovation va au-delà car elle permet de se positionner sur un marché, ou un secteur. C’est donc un axe stratégique. Un Manager qui n’a pas intégré dans son organisation le management de l’innovation prend le risque à brève échéance de ne plus pouvoir se différencier.

Innover pour quoi ?

Vouloir innover à tout prix peu sembler, dans certaines entreprises, être la « danseuse » de la direction ou du comité stratégique. Mais il s’agit avant tout d’un positionnement managérial, d’une volonté farouche de mettre au cœur des équipes une nouvelle manière de fonctionner. Pour innover, il faut savoir faire évoluer son périmètre habituel, sortir de soi, élargir la définition des marchés, faire du benchmarking… Il s’agit avant tout d’un état d’esprit, d’une manière de faire travailler les équipes ensemble.

Où se cache l’innovation ?

Contrairement aux idées reçues, toutes les innovations ne peuvent pas devenir des brevets !  Il y a  encore peu de temps, seules les innovations technologiques étaient recevables au titre de l’Anvar! Les réussites d’Internet ont bousculé ces façons de voir. En effet, la réussite d’entreprises telles que Google, Ebay et Youtube tiennent  davantage à une innovation de services qu’à des innovations technologiques. Agissez de manière incrémentale ! Ne vous focalisez pas uniquement sur le développement de nouveaux produits mais partez du principe que l’innovation peut venir de n’importe quelle fonction de l’entreprise. Par exemple de la production, de la finance, du marketing, des méthodes, de la logistique, … Les sociétés qui réussissent dans ce domaine et qui ont adopté une véritable stratégie de l’innovation ne se sont pas focalisées sur un aspect, mais ont organisé et priorisé les actions en faveur de l’innovation, en croisant deux critères : ambition et chance de succès. On retrouve donc en haut (catégorie A) les projets plus ambitieux, puis des projets moyennement risqués (catégorie B) au milieu, et enfin des innovations permanentes (catégorie C). On éliminera les extrêmes : les projets peu ambitieux et très risqués (idiots) et les projets très ambitieux et peu risqués (utopiques). Le pilotage, les moyens alloués et la communication associée seront donc fonction de ces catégories.

Quels sont les secteurs d’activité concernés ?

Tous ! Que ce soit dans l’industrie, l’agroalimentaire, les services, les nouvelles technologies, tous les domaines sont aujourd’hui concernés par manager l’innovation. Car elle peut se trouver dans la nouvelle fonction d’un produit, un nouveau service support, un accessoire qui sera d’un point de vue marketing déterminant, une offre mise en œuvre par l’équipe commerciale qui sera différenciante.  L’objectif est donc bien de se démarquer sensiblement de la concurrence. Donc allez y ! Vous êtes forcément concernés !

Comment mettre en œuvre le management de l’innovation ?


1- Innover c’est être capable d’avoir des idées et de les capter ! Ce qui peut sembler évident… mais la réalité est toute autre ! Une étude de PWC estime que 1 entreprise sur 5 tente ce challenge et que seulement 1 sur 20 excelle en la matière. Et souvent, le premier maillon du processus est défaillant donc ne permet pas d’aller plus loin.Il s’agit donc ici de distiller auprès des collaborateurs la culture de la créativité et d’organiser cette collecte. Les outils à mettre en œuvre : forum, centre d’expertise, brainstorming, boite à idée, suggestion, interview des opérateurs…

2- Innover c’est être capable de développer les bonnes idées Une fois que l’idée est identifiée, il ‘agit  de pouvoir la développer. C’est à dire :
–          de nommer un chef de projet et un seul
–          de réaliser un état de l’art sur le sujet
–          de définir les compétences à mettre en œuvre
–          de constituer une équipe projet
–          de définir un dossier de cadrage (objectifs, contexte, enjeux, risques,…)
–          de définir les stades de go/no go
–          puis enfin de définir les moyens et les délais
Les outils à mettre en œuvre : veille, capitalisation de connaissance, forum, méthode de cadrage de projet, méthodologie collaborative de gestion de projet

3- Innover c’est être capable d’avoir une vue à 360° Souvent, une idée vient de la transposition d’une fonctionnalité, d’un service, d’une option dans un autre contexte. La pratique fréquente du benchmarking, c’est à dire étudier et analyser des techniques, modes d’organisation et pratiques d’entreprises d’autres domaines afin de s’en inspirer et d’en retirer le meilleur, est un atout car elle habitue les collaborateurs à transposer ce qu’ils voient ailleurs dans leur contexte habituel.De la même manière, l’animation des groupes de réflexions ou des groupes de travail ne doit pas souffrir de castrateurs (les réactions du type «c’est pas faisable » ou « c’est pas possible » face à une nouvelle idée). Les outils à mettre en œuvre : animation de groupes de réflexion, technique de créativité par association, brainstorming, échanges, notes d’étonnement, …

4- Innover c’est avant tout être à l’écoute Les meilleures idées viennent de ceux qui utilisent le produit ou les services. Il est fréquent  d’entendre dans les entreprises lorsqu’une nouvelle idée est prônée le message suivant : « depuis le temps que je le dis ! ». Donc pour être réactif, il convient donc d’organiser la remontée d’information en étant à l’écoute permanente :
–          des opérateurs -> regard pratique
–          des stagiaires / recrutés  -> regard neuf
–          des équipes commerciales  -> regard potentiel d’affaire
–          des clients -> regard pragmatique
–          des fournisseurs  -> regard opportuniste
Les outils à mettre en œuvre : processus systématique d’interview, d’écoute, d’interrogation, de participation à des séminaires de réflexions croisées.

En conclusion

Innover est l’affaire de culture interne, de personnes, de méthodes et d’outils. L’innovation ne se décrète pas mais s’organise et se manage. Elle doit donc être pilotée par les managers et doit être palpable au quotidien. Chaque équipe, chaque service doit se sentir partie prenant du processus d’innovation. Elle doit donc avoir les moyens d’exister et de vivre. A l’instar de la qualité et quelle que soit la taille de l‘entreprise, je préconise de nommer un responsable de l’innovation qui aura en charge de piloter ce processus !